dimanche , 8 décembre 2019

Poste 3

Un chemin historique

Vous suivez ce charmant chemin à flanc de coteau sans réaliser que par ici passèrent, dès l’antiquité et jusqu’au début du siècle passé, des milliers de pèlerins, de soldats et de marchands.

Pourquoi passer par là ?

Depuis Pontarlier, la traversée du Jura se faisait principalement par Jougne, les Clées et Orbe. La plaine de l’Orbe étant marécageuse, c’est par les hauteurs d’Arnex, ou par un détour à Romainmôtier, que l’on arrivait à la cluse de La Sarraz, passage obligé à travers le Mormont. Les Romains y firent passer une route importante : la route de L’Etraz. Au Moyen Age, la Via Francigena (ou Voie des Francs), reliant le sud de l’Angleterre à Rome, emprunta ce même tracé. Ses pèlerins, les Romieux, avaient pour devise « Omnes viae romam ducunt », «Tous les chemins mènent à Rome ». Les routes de l’étain et du sel transitaient aussi par là. C’est la perspective de péages qui incita les seigneurs de La Sarra (sans « z » à l’époque) à édifier leur château à cet endroit. On trouve la même situation aux Clées et à Chillon par exemple.

Tracé complet de la Via Francigena

En rouge, le tracé dans notre région

Petit quiz :

Enfants :        

Les Romains écrivaient les nombres avec des lettres :  l = 1   V = 5   X = 10  L = 50   C = 100.  Dans un nombre, il faut repérer la lettre ayant la plus grande valeur. Les valeurs à sa gauche se soustraient, alors que celles à sa droite s’ajoutent. Parmi ces 3 propositions, laquelle représente le plus grand nombre ?

a) XCIII

b) LXXXV

c) CXL

Tous :

Si chaque jour, pendant 1500 ans, 3 voyageurs ont passé par là, combien environ peut-on en dénombrer au total ?  

a) 1’500’000

b) 15’000’000

c) 150’000

Cliquer pour revenir à l’itinéraire

Cliquer pour passer au poste 4

Pour en savoir plus

Routes romaines

Ci-dessous, une carte des voies romaines à l’ouest de la Suisse. On constate que, le plus souvent, le tracé de nos routes est calqué sur celui des voies antiques.

Concernant le Mormont, il était parcouru par 2 voies transversales : l’une passait à l’est (c’est le chemin que vous suivrez tout à l’heure pour redescendre dans la plaine de l’Orbe) et l’autre, à l’ouest, la route de l’Etraz. Des fouilles récentes sur le Mormont ont fait apparaître une troisième route qui, semble-t-il, traversait la colline dans sa longueur.

Route de l’étain

Au Moyen Age, il n’y avait pas de mines d’étain en Europe continentale ; par contre, on trouvait ce métal en Angleterre, d’où ce commerce florissant. L’étain, allié au cuivre permet d’obtenir du bronze, métal recherché à l’époque pour couler les cloches et … les canons.

Via Francigena

En 990, l’archevêque Sigeric de Canterbury se rend à pied en pèlerinage à Rome. Lors de son retour, il décrit dans son journal les 80 étapes de son voyage, permettant ainsi de tracer de manière fiable les quelque 1’700 km du parcours effectué.

A l’image du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle vers le sud-ouest, la Via Francigena tend à (re)devenir un chemin de pèlerinage vers le sud-est. Elle a été récemment l’objet d’études et d’un balisage. En 2004, le Conseil de l’Europe l’a reconnu en tant que « grand itinéraire culturel ».

On trouve sur Internet la description des différentes étapes de ce pèlerinage dont voici le logo photographié à Eclépens.

Lorsqu’on parle de marchands au Moyen Age, on a de la peine à imaginer ce qu’ils transportaient. Un relevé des taxes prélevées sur les marchandises par la « ville des Clées », au milieu du 16ème siècle, donne un aperçu de ce qui a sans doute transité par ce chemin (on a conservé les mots d’origine). La provenance des marchandises montre que le trafic se faisait dans les deux sens :

  • Draps de Flandre ou de Digeon
  • Basle de laine d’Angleterre
  • Basle de drap de France de Venise
  • Basle de Lombardie
  • Charge de pelleterie
  • Douzaine de cuirs de bœufs
  • Douzaine de peaulx de chèvres
  • Grosse basle de peaulx de veaulx
  • Charge de froment ou seigle
  • Baslot de chanvre
  • Quintal de cire
  • Beneyte de sel
  • Grande cavale
  • Beuf, vache, chièvre, veault, porceaulx
  • Trentenier de moutons
  • Faucon ou vautour ou tiercelet
  • Quintal d’argent fin
  • Quintal de cuyvre et estain fin
  • Chert de fer menant dix quintals
  • Quintal de soulpetre
  • Grand bosset de papier blanc
  • Panyer de mercerie
  • Quaisse de pommes
  • Quintal de fromage
  • Basle d’olivatz et cappres
  • Bosset de charge remplie d’huyle d’olifve
  • Grosse basle de figues, raisins ou amandes
  • Tinette d’harangs blancs