Poste 2

Chemin des Vignes

 

Ce qui est aujourd’hui un charmant chemin à flanc de coteau fut autrefois une route romaine importante conduisant de France en Italie. Ce fut aussi, au moyen âge, un passage obligé pour pèlerins et marchands. Tracé au-dessus de la plaine alluviale de la Venoge, il évitait des zones qui étaient fréquemment inondées.

Intéressons-nous à la vigne qui se trouve juste au-dessus du chemin. Vous pouvez monter les escaliers pour y jeter un coup d’œil, mais sans y pénétrer.

Les premières mentions écrites à propos de vignes sur le coteau qui va de la Sarraz à Eclépens remontent à l’an 814, ce qui en fait l’un des plus anciens vignobles de Suisse. A cette époque, la région dépend du couvent de Romainmôtier et fait partie de la Bourgogne transjurane.

Vous êtes au pied du vignoble du « Clos du Mormont », situé sur une pente marquée exposée au Sud-Est. Grand de 27 ares, exclusivement planté en Pinot Noir, ce clos est constitué d’une fine couche de terre sur sous-sol de roche calcaire jaune, parfois quasiment affleurante.

La viticulture pratiquée est largement inspirée de la biodynamie. Cette dernière vise principalement à favoriser la biodiversité, en accord avec les rythmes cosmiques et à renforcer chaque cep de vigne par des méthodes naturelles.

Côté biodiversité, l’enherbement est favorisé et on dénombre plus d’une centaine de plantes différentes dans la parcelle (la photo ci-dessous montre une colonie d’orchis bouc). Pour gérer cette herbe (qui concurrence la vigne quand il fait très sec), des moutons pâturent en hiver et des sarclages sont effectués au cheval, en début et fin de saison.

 

Le travail avec les rythmes cosmiques implique de prendre en considération les influences solaires, lunaires et quand c’est possible, planétaires. Par exemple, la taille sera faite de préférence en période de lune descendante.

Les produits de traitement issus de la synthèse chimique sont proscrits et remplacés par du soufre, du cuivre (la fameuse bouillie bordelaise), du petit lait et de nombreuses infusions et décoctions de plantes (prêle, ortie, saule, camomille, reine des prés, etc.).

Des préparations biodynamiques spécifiques (bouse de corne et silice) ainsi que du compost complètent les pratiques viticoles et permettent non seulement aux vignes mais aussi à l’ensemble de la parcelle d’augmenter l’intensité, la diversité et la qualité de vie qui y règne. Les plantes se nourrissent ainsi d’un sol plus complexe, plus vivant. Elles accroissent aussi leur sensibilité aux effets du lieu sur lequel elles poussent : qualité de la lumière, ouverture au paysage, aux vents, influences des astres, etc. Ainsi atteignent-elles un équilibre sensible et riche qui leur permet de produire des fruits sains, pleins d’énergie et de goût.

Petit quiz :               

Enfants :

Un animal présent dans la vigne a grimpé sur le cadre métallique que l’on voit depuis le chemin. S’agit-il :

a) d’un caméléon                                                                                                                                                                                                                                                      b) d’un lézard                                                                                                                                                                                                                                                                    c) d’une vipère

Tous :

Pourquoi utilise-t-on du petit lait dans les produits de traitement ?

a) Les abeilles sont attirées par cette odeur et favorisent ainsi la pollinisation                                                                                                                                  b) Il aide à combattre l’oïdium                                                                                                                                                                                                              c) Il donne au vin un petit goût lacté très agréable