dimanche , 8 décembre 2019

Poste 9

Les fours à chaux et les lapiez

Ce cercle de pierres est un ancien four à chaux, la trace encore visible de ce qui fut, jusqu’à la fin du 19èmesiècle, une « industrie » locale florissante.

La chaux est l’ancêtre du ciment : elle servait de liant entre les blocs de pierre mais,  pas assez compacte, elle ne permettait pas de couler des murs. La chaux servait aussi – on parle alors de chaux vive – à badigeonner les murs des étables pour les désinfecter en cas d’épidémies, fièvre aphteuse par exemple.

De part et d’autre du chemin, vous avez sans doute aperçu des bandes de calcaire couvertes de mousse. Il s’agit de lapiez (ou lapiaz), résultat de l’érosion d’une dalle calcaire. Ainsi fracturée, elle était plus facile à exploiter qu’une roche compacte.

Pour fabriquer de la chaux, il faut 3 composants : du calcaire, de la chaleur et de l’eau. Tout était réuni sur place : le calcaire, facile à extraire, le bois comme combustible et l’eau, récoltée par temps pluvieux ou neigeux ; la fabrication de la chaux, activité accessoire au travail agricole, se pratiquait essentiellement en hiver.

Lapiez… sans mousse

Plan et coupe d’un four à chaux

Petit quiz :

Enfants :

Le mot « lapiez » vient du latin « lapis » qui signifie :

a) pierre

b) pas lisse

c) pipi

Tous :

Parmi ces 3 mots, l’un n’a pas pour origine « lapis ». Lequel :

a) lapalissade

b) lapider

c) lapis-lazuli

Cliquer pour revenir à l’itinéraire

Les 9 postes suivant sont en préparation

Pour en savoir plus

Les lapiez

Les nombreux chemins qui sillonnent la région témoignent encore d’une intense activité passée, dont cette industrie. Pour comprendre la présence de nombreux fours à chaux dans ce secteur, il faut parler d’abord de géologie. Tout le secteur que vous allez parcourir est couvert de lapiez dont l’origine est une dalle calcaire, mise à nu par l’action du glacier du Rhône, il y a environ 15’000 ans. Ainsi exposée, elle s’est fissurée dans le sens de la pente, l’eau de ruissellement dissolvant la roche. En effet, par un phénomène chimique, l’eau se charge de calcaire (calcite) qu’elle redépose dans certaines conditions : c’est ce qui est à l’origine de la formation de concrétions dans les grottes ou le dépôt de tuf sur la robinetterie de nos maisons.

En plus de leur intérêt géologique, les lapiez ont eu un intérêt économique. Leur structure peu compacte a facilité l’extraction du calcaire à une époque où l’on ne connaissait pas la dynamite.

La chaux

Comment s’explique le phénomène d’une poudre de calcaire qui, avec une adjonction d’eau, (re)devient solide ?

La chimie permet de comprendre cette transformation …

Le calcaire est du carbonate de sodium : CaCO

Par la cuisson, on enlève le CO2 : CaCO– CO= CaO, c’est de l’oxyde de calcium ou chaux vive.

Ensuite on rajoute de l’eau H2O : CaO + H2O = CaO2Hou Ca(OH)2. C’est le lait de chaux (ou chaux éteinte) avec lequel on jointoie les pierres.

En séchant, l’eau s’évapore CaO2H– H2O = CaO

Le gaz carbonique de l’air vient s’ajouter naturellement CaO + CO= CaCO

Ô miracle, on retrouve la formule chimique du calcaire !

C’est aussi ce qui se passe, de manière plus affinée, avec le ciment : on part du calcaire … que l’on retrouve à la fin du processus.